1. accueil
  2. nos domaines d'activités
  3. Génie Energétique

Génie Energétique

Génie énergétique, manager de l’énergie et maître d’œuvre de la transition énergétique

Face aux enjeux que sont la réduction des ressources fossiles et du réchauffement climatique, la filière génie énergétique a de l’avenir. Celle-ci se rapporte à l’ensemble des aspects techniques et industriels de la production, du transport et de l’utilisation finale de l’énergie. Pour l’Industrie, la maîtrise des consommations et l’amélioration de l’efficacité énergétique dans un contexte de transition énergétique représentent des défis majeurs, tant sur les problématiques environnementales que pour des aspects de compétitivité.


Génie énergétique énergie Lyon


Avec le génie énergétique, des compétences pour la transition énergétique

Depuis plus d’un demi-siècle, l’énergie est devenue un enjeu vital géo politisée à l’échelle mondiale. Sous l’effet combiné de la croissance économique et de la hausse de la population, la demande énergétique n’a cessé d’augmenter.

En France, l’Industrie contribue à une consommation substantielle d’énergie évaluée à un quart de la consommation finale nationale. Cette consommation influe sur le réchauffement climatique, créé une dépendance énergétique et engendre des charges additionnelles.

Dans un mouvement généralisé sur fond juridique, les entreprises, n’ayant plus le choix entament des démarches de transition énergétique. Ce passage d’un modèle économique consommateur d’énergies à un modèle plus durable se doit de répondre à des enjeux d’évolution de prix, d’approvisionnement en énergie, d’épuisement des ressources naturelles et de respect de l’environnement.

  • Un manager pour l'énergie

Le génie énergétique est le généraliste de l’énergie. La filière concerne les domaines du froid, de la climatisation, du traitement de l’air et du chauffage. Poussé par de nouveaux défis technologiques, sociétaux et environnementaux, le professionnel du génie énergétique devient un véritable manager de l’énergie. Acteur principal de la performance énergétique des entreprises, le technicien ou ingénieur en génie énergétique recherche l’équilibre entre compétitivité, sûreté et enjeux climatiques.

Faire de la transition énergétique une opportunité de compétitivité pour les entreprises

Les industriels doivent consommer moins d’énergie. Ils doivent maîtriser cette énergie. Diversifier son bouquet énergétique par l’intégration d’énergies renouvelables ou la valorisation du recyclage aurait une influence directe sur le coût de l’énergie d’une entreprise et donc sur sa compétitivité. Si le coût des consommations varie suivant l’activité de l’entreprise et le type d’énergie utilisé, il présente bien souvent un poste budgétaire qui peut être réduit.

  • Les entreprises à la mesure des problématiques énergétiques

Selon une enquête[1] L’Usine Nouvelle-Dalkia sur la transition énergétique en tant qu’opportunité, près d’un industriel sur deux interrogés la juge vecteur d’économies et 94% vecteur d’innovations. 27% ont déclaré s’être doté d’un « système de management certifié » et 25% dispose d’un « outil énergétique et d’un plan d’actions ». Résultat final, six entreprises sur dix s’estiment engagées dans cette transition énergétique.

EADS Astrium, entreprise de 2000 personnes a souhaité réalisé un diagnostic énergétique global[2] sur son site des Mureaux. Entre sa volonté de comprendre sa consommation d’énergie et celle de la maîtriser en fonction des évolutions de prix, ce projet a permis d’économiser 280k€/an tout en évitant 2 300 tonnes de CO².

Dans l’agro-alimentaire, Ferrero s’est lancé dans une démarche de management de l’énergie[3]. Cette initiative a permis selon un technicien énergie du site de Villiers-Ecalles (76) « de travailler dans la globalité, de démultiplier les démarches d’économies et de faire sortir ces actions des seuls services techniques… ». Ce site de production est l’un des sites pilote du groupe en matière de management d’énergie. 

Accéder à la formation, pour un métier et un emploi en génie énergétique

  • Energies renouvelables et croissance verte, vecteurs d'emploi

Les grands groupes tels Areva, EDF ou Suez tout comme les petites et moyennes entreprises de l’énergie ont connu de nombreuses fluctuations cycliques de leur activité impactant le marché de l’emploi (variation prix pétrole, restructuration du nucléaire...). Aujourd’hui, le génie énergétique affiche de belles promesses redynamisé par l’engagement d’une croissance verte.

Contributeur de la transition écologique, le gaz se renouvelle et recrute à nouveau. De l’énergie photovoltaïque à l’énergie éolienne en passant par la biomasse ou encore l’hydraulique, les énergies renouvelables vont générer trois fois plus d’emplois d’ici 2020. Le bâtiment, soumis à de nouvelles réglementations sur l’énergie (construction ou rénovation) aura besoin de compétences en génie thermique et climatique.

Qu’il s’agisse de l’énergie nucléaire, électrique, fossile ou d’énergies renouvelables, les besoins de main-d’œuvre en génie énergétique concernent tant des profils de technicien, d’ingénieur que de chef de projet ou responsable. Voici une liste de quelques métiers qui recrutent : technicien d’études, technicien de maintenance, chef de produit pompe à chaleur, auditeur énergétique, responsable ou ingénieur génie climatique…

  • Des partenariats de formation pour répondre aux besoins des industriels

Pour faire face à cette demande, les entreprises de l’environnement et de l’énergie encourage la formation. Les études et parcours de formation en génie énergétique se veulent intrinsèquement liés aux besoins des industriels. Les étudiants peuvent intégrer une formation dès le niveau bac et poursuivre jusqu’au diplôme d’ingénieur. Certaines entreprises ont décidé d’agir à la source en créant des partenariats de formation avec des écoles. C’est le cas de GRTgaz, qui en collaboration avec l’institut des ressources industrielles ont lancé le titre certifié « Technicien Réseau Gaz » aujourd'hui devenu bac professionnel "Technicien Gaz".

Le métier de frigoriste : en quoi consiste-t-il ?

Le confort d’une pièce justement climatisée ou la maintenance d’une chambre froide sont deux types d’installations qu’un frigoriste peut être amené à entretenir. Avec une solide connaissance en physique acquise en cours de formation, le frigoriste interviendra sur tous types d’appareils et de problèmes. Intervention pour dépannage, entretien ou installation, il travaille seul ou en équipe. Pour mieux connaitre ce métier, rendez-vous sur la page que nous lui avons consacrée : frigoriste.

L’installateur thermique garant de votre confort

En travaillant à la fois sur le chauffage, mais également sur la climatisation, l’installateur thermique est le professionnel qui va assurer la bonne température dans vos locaux et votre habitation. Habilité à travailler sur des systèmes de climatisation, il est consciencieux et procède avec soin et méthode. Il intervient chez des particuliers, mais aussi sur des installations plus importantes en usine ou en grand magasin. Pour mieux connaitre ce métier, rendez-vous sur la fiche que nous lui avons consacrée : installateur thermique.

Domoticien, les nouvelles technologies au cœur de son travail

Avec l’avènement d’internet et des connexions via téléphones portables, il est possible désormais de contrôler et d’avoir accès à distance grâce à une application à de nombreuses informations et actions. Le domoticien intervient pour mettre en place et régler les différents équipements connectés de votre maison ou de votre bureau (éclairage, chauffage, ouverture de garage, arrosage automatique…). Pour en savoir plus sur le métier de domoticien, n’hésitez pas à consulter la page que nous lui avons consacrée.


[1] Enquête réalisée en ligne par L’Usine Nouvelle et Dalkia du 10 juillet au 3 septembre 2017 auprès de 210 décideurs de l’Industrie.

[2] Ademe. Fiches bonnes pratiques énergétique en entreprise. Novembre 2011.

[3] Ademe. Fiche témoignages entreprise. Août 2014.


LES MÉTIERS