accueil - actualités - L’efficacité énergétique au cœur des enjeux des entreprises industrielles
IRI J2 5791   SD

L’efficacité énergétique au cœur des enjeux des entreprises industrielles

Réduction des émissions de gaz à effet de serre, management de l’énergie, développement durable, protection de l’environnement… des mots qui reviennent souvent dans les discours politiques.

En tant que consommateurs de 21 % de l’énergie finale consommée en France (1), les industriels doivent plus que jamais entrer dans la démarche de transition énergétique. Au-delà des enjeux environnementaux et réglementaires, l’efficacité énergétique est un véritable gage de compétitivité pour les entreprises industrielles.

Mais cette optimisation de la gestion énergétique passe avant toute chose par de solides compétences techniques. Le constat étant posé : comment procéder, quelles solutions, quelles ressources humaines sont à mettre en œuvre pour manager la performance énergétique ?

Les 3 phases de l’efficacité énergétique 

  • PHASE 1 : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE

La première phase pour une entreprise qui souhaite s’engager dans cette démarche consiste à réaliser une revue énergétique. Cette étude, menée par un expert, permettra de dresser un état des lieux de la consommation (du bâtiment et des équipements), mais aussi des usages et de la performance des systèmes. Ce rapport permet de déterminer la performance énergétique de l’entreprise et met en exergue les opportunités d’amélioration et d’économies d’énergie.

  • PHASE 2 :  RAPPORT D’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE 

Une fois ce rapport établi, l’expert produira un programme d’optimisation énergétique en dimensionnant les solutions techniques et financières : technologies utilisées, directive sur les usages, éligibilité aux dispositifs de soutien existants… Ce plan d’actions nécessitera un arbitrage en fonction de différents facteurs : complexité de mise en œuvre, temps de retours, impact sur les process, investissements…

  • PHASE 3 :  SUIVI DE LA PERFORMANCE

Après mise en œuvre du programme d’efficacité énergétique, la phase de suivi de l’efficacité entre en jeu. Par la mesure d’indicateurs de performance énergétique, l’entreprise pourra ainsi mesurer les résultats, favorisant ainsi la valorisation du travail réalisé, la détection des dérives et la mobilisation des équipes.   

Mais quelle(s) ressource(s) dans l’entreprise pour mener à bien cette démarche, quels profils privilégier ? Nous avons rencontré des entreprises qui ont fait le choix d’intégrer un alternant en Mastère Spécialisé Efficacité Energétique et Environnementale -MS3E.

Intégrer une nouvelle compétence pour mener à bien l’amélioration de l’efficacité énergétique

La mise en œuvre d’un programme d'efficacité énergétique n'est pas neutre d'un point de vue technologique. Elle requiert des bases techniques conséquentes. En réponse à cette nécessité, le MS3E propose un parcours sur 1 an, avec des étudiants issus d’une formation BAC +5.

Vincent DUMAS, Responsable de service Grands projets et Energétiques chez Eiffage a intégré dans ses équipes un étudiant en Mastère Spécialisé. Il avait besoin d’une ressource supplémentaire pour travailler sur des projets en lien avec l’efficacité énergétique.

« L’alternance et à mon avis un excellent moyen pour démarrer un recrutement futur ou répondre momentanément à une charge de travail un peu plus importante (...) Le choix du mastère spécialisé permet de rester sur un cycle de formation relativement court (1 an) et de disposer d’un alternant qui a déjà une formation de base conséquente. »

 D’autres entreprises ont fait ce choix, comme VEOLIA, dont les usines d’incinération Sud-Ouest sont certifiées ISO 50001.

« La direction technique VEOLIA Sud Ouest avait besoin de renforcer ses équipes. Le passage par un mastère en alternance est une première étape a une éventuelle pérennisation de la mission ensuite »  

nous confie Arnaud TETU, Chef de projet au service Environnement. M. PETIT, l’alternant dont il est tuteur

« a réalisé plusieurs études d'optimisation énergétique des installations et participe au pilotage ISO 50001 de nos 6 usines d’incinération (bilan annuels, mise à jour des plans de comptage...) Ses connaissances dans les domaines énergétiques et thermiques renforcent l'expertise que nous apportons à nos installations »

 Pour sa part, Anne-Marie SPITZ, Responsable QSE nous explique que la Compagnie de Chauffage de Grenoble avait

« besoin d’une ressource en efficacité énergétique pour diagnostiquer et proposer des améliorations de performance énergétique de l’unité de valorisation énergétique d’ATHANOR »

A cet effet, l’étudiante en Mastère s’est vu confier « la mise en place du système de management selon la norme ISO 50001 avec une certification pour fin 2018. (…) aidée en cela par son « expertise technique en énergie »

 

Entreprises industrielles : vous souhaitez optimiser votre gestion énergétique ?

Intégrez un alternant spécialiste ! Le recrutement est ouvert.

Je transmets mon besoin à un conseiller

 


(1) Source : http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lessentiel/ar/333/1200/consommation-denergie-lindustrie.html